Pourquoi se reconvertir ?

La reconversion est un projet qui demande réflexion, elle ne se fait pas sur un coup de tête. Il existe certes des reconversions forcées à cause d’accidents professionnels (perte d’emploi, plan social, restructuration, …) mais cela ne représente qu’un quart  des reconvertis quand le choix volontaire s’élève à 55 %. La reconversion est donc le plus souvent une question de nouvelles aspirations plus en adéquation avec des envies et des valeurs personnelles.

 

« Ça me faisait vraiment plus rêver. J’avais l’impression de pondre des rapports toute la journée

et je me disais mais qu’est-ce que ça veut dire, qu’est-ce que t’auras appris au bout de 40 ans ? »

Stéphane – CAP tapisserie d'ameublement siège

 

En effet, avec la tertiarisation et la mise en place de la bureaucratie, les domaines d’activité sont de plus en plus isolés les uns des autres. Chaque service d'une entreprise travaille de manière parcellarisée sans vraiment connaître ni les causes ni les conséquences de ses actions. Très paradoxalement, nous voilà revenus à l’époque industrielle avec une division des tâches et une organisation du travail taylorienne. Ceci provoque une vraie perte de sens et un sentiment d’inutilité qui entrainent si ce n'est brown-out ("Prise de conscience brutale de l’absurdité de son métier qui paralyse" selon François Baumann) et dépression, tout du moins une envie de changement.

 

Hélène Prélot, tapissière d'ameublement décor chez Atelier 230, nous explique pour quelle raison elle a choisi de se reconvertir

 

     Retour à la page de présentation Les métiers du "faire" ont la côte